Dans l'univers médiatique, la donne a complètement changé avec l'arrivée d'internet.

Éditions des femmes - Antoinette Fouque


Éditions des femmes - Antoinette Fouque

Parallèlement à l'enseignement, Antoinette Fouque est critique littéraire pour plusieurs maisons d’édition et écrit des notes de lecture pour une troisième. Dans les années soixante, la jeune femme fait la connaissance de Jacques Lacan, réputé psychanalyste. Roland Barthes est son directeur de thèse. Antoinette Fouque prépare un Diplôme d'études approfondies. Elle fréquente l’écrivaine Monique Wittig au cours de cette période.

Antoinette Fouque, la femme de lettres

Les Editions des femmes permettent à Antoinette Fouque de défendre la littérature féminine. Elle inaugure une première boutique à Saint-Germain-des-Prés et y présente les livres dont les auteurs sont des femmes. C'est en fréquentant les milieux intellectuels que, Antoinette Fouque s'aperçoit que les femmes ne tiennent qu'une place mineure dans le secteur du livre. Cette femme de lettres crée sa propre société d'édition, Les Editions des femmes dès 1973. Les Librairies des femmes sont inaugurées à la même époque.

Enfance et jeunesse d’Antoinette Fouque

Antoinette Fouque fait dans un premier temps ses études supérieures dans les Bouches-du-Rhône puis rejoint La Sorbonne. Elle est toujours à l'université quand elle rencontre son époux. C'est dans la cité phocéenne que cette grande militante est née en 1936 Elle a été à bonne école dès lors que son père était un militant communiste. En 1964, Antoinette Fouque devient maman, elle est alors confrontée aux difficultés qu’une femme rencontre lorsqu’elle assume ses fonctions de femme et de maman tout en ayant une profession en parallèle.

Théoricienne et écrivain

Le combat d’Antoinette Fouque ne répond pas aux tentations de l'activisme pur et dur, il soutient son attachement au statut de mère. Naturellement, l'auteure a pris part à quelques livres collectifs comme "Portraits choisis" ou "Mémoire de femme 1974-2004". La théoricienne exécre les "-isme", qui, d'après elle, font référence à une idéologie. Elle invente dès lors le mot "féminologie". Antoinette Fouque n’est pas vraiment en phase avec Simone de Beauvoir et ce que cette dernière avance dans "Le deuxième sexe".

Plus que jamais active, l'AFD lancée par Antoinette Fouque se positionne à gauche. Elle lance l’Alliance des Femmes pour la Démocratie au moment des deux cents ans de la déclaration des droits de l’homme. La notion d'égalité est au coeur du mouvement Alliance des Femmes pour la Démocratie. Membre la commission des droits de la femme au parlement de Strasbourg, Antoinette Fouque prend la vice-présidence.

Avec d’autres activistes, Antoinette Fouque enregistre le MLF sous la forme d’une association, nous sommes à ce moment à la fin des années 70. Le droit des femmes a été le combat de la vie d'Antoinette Fouque. Elle lance le Mouvement de Libération des Femmes avec le soutien de différentes militantes.