Antoinette Fouque – « La violence contre les femmes règne partout : banale, structurelle et mondiale ». | Le Club de Mediapart


Antoinette Fouque – « La violence contre les femmes règne partout : banale, structurelle et mondiale ».  | Le Club de Mediapart

Antoinette Fouque, l'éditrice

Antoinette Fouque (Mediapart.fr, Antoinette Fouque) se rend compte que les femmes n'occupent que peu de place dans le domaine de l’édition en coudoyant les milieux littéraires. Les boutiques de livres montées par l'écrivaine restent ouvertes de 11 heures à minuit, il s'agit de lieux d’échanges. Le public a pu découvrir de multiples auteures grâce à la société d’édition d’Antoinette Fouque, qui présente des centaines de livres dédiés à la création des femmes.

Antoinette Fouque, du Mouvement de libération des femmes à l’Alliance des femmes pour la démocratie

C'est elle qui lance le Mouvement de Libération des Femmes avec le soutien de différentes militantes. En 1989, à son retour en France, Antoinette Fouque lance une autre structure nommée l'Alliance des femmes pour la démocratie. Le droit des femmes a été la grande lutte de la vie d'Antoinette Fouque.

L'Alliance des Femmes pour la Démocratie : son engagement en politique

Antoinette Fouque siège au parlement de Strasbourg de 1994 à 1999, elle était candidate sur la liste du Mouvement des Radicaux de Gauche. Au sein de la commission des droits de la femme au parlement de Strasbourg, elle prend la vice-présidence. Antoinette Fouque fonde l’Alliance des Femmes pour la Démocratie à l'occasion des 200 ans de la déclaration des droits de l’homme, en 1989. L’Alliance des Femmes pour la Démocratie se bat dans le but d'empêcher la montée de tous les extrémismescar les droits des femmes se trouvent toujours en danger actuellement.

Antoinette Fouque, une jeunesse entre Marseille et Paris

Antoinette Fouque étudie en premier lieu dans les Bouches-du-Rhône puis rejoint La Sorbonne pour des études de Lettres. La Marseillaise est encore étudiante quand elle épouse René Fouque. De sa jeunesse passée dans un quartier prolétaire, elle conservera jusqu'à sa mort un ancrage politique marqué à gauche. C'est à Marseille que se passe son enfance. Le père d’Antoinette Fouque était un syndicaliste actif.